Les instructions de René BOUSQUET du 5 août 1942:"
Vous informe qu'israélites allemands, autrichiens, tchécoslovaques, polonais, estoniens, lituaniens, lettons, dantzigois, sarrois, soviétiques et réfugiés russes entrés postérieurement au premier janvier 1936.... seront transportés en zone occupée avant le 15 septembre ."


          

        


Gurs-Auschwitz via Drancy, fin de l'été 1942. Cette infographie a pour objet de montrer la longueur du trajet effectué par les déportés. Les wagons à bestiaux affectés au premier convoi n'avaient pas été nettoyés. Dans la chaleur de l'été, le convoi formé le 26 août récupéra des wagons bondés disséminés dans les gares où les occupants entassés, debout attendirent le début de ce terrible voyage parfois plus de 24 heures sans eau, sans nourriture, sans possibilité de sortir, sans nouvelles.

Extrait du témoignage d"Emma OTT

C'est trop horrible. Il faut bien dire une chose: c'est que ni le peuple français, ni la Direction du camp, ni la Police n'étaient d'accord avec ces mesures. Tous, à quelques rares exceptions près, étaient bons pour ces malheureux. Les policiers ont aidé à porter les bagages, à soutenir les pauvres vieilles qui devaient monter dans les camions elles wagons. Ils ont fait ce qu'ils ont pu, ce n'était pas beaucoup. Les organisations de secours, les Quakers, la Croix-Rouge Suisse,  la
Croix-Rouge Française, les organisations juives, les catholiques, les protestants, tous ont fait ce qui était en leur pouvoir pour soulager le sort de ces infortunés. C'était bien peu ce qu'ils pouvaient faire. On aurait voulu crier au monde enlier: «arrêtez» ! et l'on était obligé de se taire.

Soeur Emmi OTT, Gurs, le 10 septembre 1942

1168 expulsés de l'opération Bürkel périrent à Gurs ou dans d'autres camps d'internement
 491 sont arrivés à fuir en Suisse ou en Espagne.
777 ont survécu en France.
2028 furent déportés de France en direction de Lublin-Majdanek et Auschwitz.
13 survécurent à la déportation.
source site de la Realschule Waibstadt