12 avril 2008

lettre ouverte



Lettre à Pierre COHEN, maire de Toulouse.

 

Monsieur le Maire,

 

Vous êtes le premier magistrat de Toulouse, cité occitane, ville de la République Française,  ville européenne, ville d'un monde qui le siècle dernier a été traversé par deux guerres mondiales. Simple citoyen, je m'adresse à vous, pour vous proposer la réalisation d'une action de mémoire et d'avenir.

Lors du dernier conflit, l'Europe à été victime d'un terrible fléau: le nazisme. L' expression de cette barbarie se nomme la shoah, elle a culminé dans la réalisation de la solution finale sur notre continent.

Monsieur le Maire, les premieres victimes de cette tragédie sont passées à la gare Matabiau. Elles sont passées une première fois alors  que le camp d'Auschwitz n'existait pas, une seconde fois lorsqu'il a été terminé. Ils venaient du Pays de Bade, ils ont été internés dans les camps des Pyrénées construits pour les Républicains Espagnols.

Au coeur de Toulouse, il y avait un camp. Le camp du Cours Dillon. C'est dans ce camp que les médecins espagnols, les médecins anti-nazis étaient internés. C'est eux qui ont fondé la Clinique Varsovie. C'est dans ce camp que Julius BLOCH a perdu la vie, il faisait partie des déportés du  22 octobre 1940.

Jean PHILLIPE, commissaire de Police, résistant toulousain a refusé d'obéir aux ordres qui lui étaient donnés. Il a été condamné à mort par un tribunal militaire dans la ville du Pays de Bade d'où venait Julius BLOCH.

Monsieur le Maire, je vous propose d'organiser le 22 octobre 2008 une action de mémoire citoyenne novatrice, elle associerait un hommage à Jean PHILLIPE  et un hommage à  Julius BLOCH.

 

Veuillez agréer Monsieur le Maire mes sincères salutations.

Le 12 avril 2008

Jean-François MAVEL