de Claude Laharie

Ce  Point d'Histoire est un article  paru dans le numéro 89 du bulletin  de liaison et d'information de l'Amicale du Camp de Gurs :"Gurs, souvenez-vous" .

Son auteur Claude LAHARIE, historien, spécialiste de l'histoire de ce camp  présente un ouvrage de Gerhard J. TESCHNER, Die Deportation der badischen und saarpfä1zischen Juden am 22 Oktober 1940, Peter Lang, Europäisch Verlag der Wissenschaften; Frankfurt-am- Main, 2002, 364 p

La présentation de l' ouvrage  de Gerhard J. TECHNER consacré aux déportations du 22 Octobre 1940 donne à Claude LAHARIE l'occasion d'évoquer en quelques lignes les points clefs de cet évènement :

Voici l'ouvrage le plus complet et le plus précis rédigé sur les déportations du 22 octobre 1940 à Gurs.

 

L'auteur, professeur à l'université de Heidelberg, travaillait sur le sujet depuis de nombreuses années. Son livre de 364 pages vient couronner un considérable travail de recherches, de synthèses et de dépouillement d'archives jusqu'alors peu utilisées.

 

Rappelons que les déportations d'octobre 1940, souvent désignées sous l'expression d"'opération Bürcke!', ont envoyé à Gurs 6538 hommes, femmes et enfants résidant jusque là dans le pays de Bade, en Sarre et dans le Palatinat. Parmi eux, notre vieil ami Oskar Althausen auquel il est fait allusision dans l'ouvrage, et que l'auteur avait évidemment rencontré. A de rares exceptions près, presque tous les déportés de Gurs seront ex- terminés à Auschwitz en 1942-43, expulsés par le gouvernement de Vichy des camps français où ils croyaient avoir trouvé une sorte d'asile dans le froid, la boue et la solitude....

 

 

Cet ouvrage présente deux grands mérites. D'abord, il appelle les choses par leur nom. C'est ainsi qu'il met l'accent sur la déportation des Juifs à Gurs. Rappelons qu'en France, le mot pose encore problème et que le statut de déporté n'est toujours pas reconnu aux victimes allemandes, sans doute parce qu'on ne saurait encore admettre aujourd'hui que la terre française ait pu être terre de déportation. Il faut rappeler que la France de Vichy a été considérée, dans un premier temps, par le gouvernement nazi comme le lieu où il pourrait expédier tous les Juifs d'Europe. Ce fut sa première façon de s'en débarrasser, dans le cadre du délirant plan Madagascar. Cette déportation vers l'ouest (la France) fut la seule du genre puisqu'elle souleva des protestations de la commission d'armistice française et que Heydrich prit alors la décision d'envoyer les autres convois vers l'est (la Pologne). Mais il s'agit bel et bien de déportation.

 

Ensuite, il constitue une remarquable étude. La rigueur des analyses s'affirme à chaque page. Les développements s'appuient sur une documentation précisément identifiée et indiscutable. Le risque de tomber dans un ouvrage historique glacial est évité par un large recours aux témoignages écrits ou oraux, recueillis de façon quasi exhaustive. Cette étude, en outre, dépasse le cadre de son titre et aborde tous les aspects de la vie quotidienne au camp: maladies, faim, culture, cultes, oeuvres philanthropiques, marché noir, évasions, rapports avec l'administration, etc. Quant aux déportations à Drancy, elles sont décrites avec minutie, de façon froide et rigoureuse.

Toutes les familles des victimes devraient lire ce livre. Nos adhérent aussi, s'ils lisent l'allemand. Mais, sans doute, faudra-t-il attendre sa version française pour qu'il puisse toucher un public plus large ou moins immédiatement impliqué.

Il s'agit là d'un livre important. Sa sortie correspond, à quelques mois près, à l'ouvrage majeur de Denis Peschanski.

Pour l'histoire de Gurs, l'année 2002 est vraiment essentielle: Il aura fallu attendre,.. 60 ans !

 

Claude LAHARIE